Dear Charlotte

Dear Charlotte, lancée en 2011 par Vanessa Pinoncely, est née d’une envie de réinterpréter le bijou ancien. Passionnée par les bijoux d’un autre temps, qui se transmettent de génération en génération, elle leur offre une nouvelle vie. Les pièces de chacune de ses collections incarnent un romantisme et un raffinement qui révèlent la féminité. Dear Charlotte, c’est l’histoire d’une jolie marque émergente comme on les aime.  

Un nom romantique à l’image des bijoux

Dès son lancement en 2011, la marque Dear Charlotte trouve sa place sur le marché. Vanessa Pinoncely sa créatrice s’inspire des bijoux des différentes époques et les remet au goût du jour en les rendant plus accessibles et plus contemporains.  Elle raffole du romantisme du XVIIIème et s’en imprègne pour donner naissance à des créations originales qui séduisent les femmes de toutes générations.

Lorsqu’elle lance sa marque, Vanessa cherche un nom évocateur. Elle souhaite qu’il ait une consonance anglo-saxonne, puisque c’est du côté de l’Angleterre, chez Grays où elle aime flâner, que l’inspiration lui est venue. Son ancienne rédactrice horlogerie joaillerie chez Vogue lui souffle alors une idée : « puisque tu vas faire des médaillons et des bijoux inspirés du XVIIIème, pourquoi ne commencerais-tu pas comme une lettre à l’ancienne, ‘Dear’ quelque chose… ». Vanessa est séduite par cette idée et y associe le prénom de sa fille Charlotte. ‘Dear Charlotte’ se pose alors comme une évidence.

La collection Eugénie séduit la presse et les consommatrices dès son lancement

Une première collection appelée ‘Eugénie’ voit le jour en 2011. Simple, uniquement composée de cabochons de couleurs “puisque je ne savais pas faire beaucoup d’autres choses à l’époque” nous dit timidement Vanessa, mais qui remporte un véritable succès et continue de séduire les consommatrices aujourd’hui.

Cette première collection est imaginée comme une collection de prêt-à-porter, photographiée dans un univers doux et romantique. Le lookbook est présenté à la presse dans un esprit photos de mode. Les médias sont instantanément charmés par cette nouvelle marque et les retours sont aussi exceptionnels qu’inattendus. La chance est au rendez-vous. Gala présente en couverture une bague de la collection Eugénie au doigt de Carla Bruni. Les autres magazines féminins s’empressent de mettre également en avant ces nouveaux bijoux. C’est un coup de pub insoupçonné qui fait décoller et propulse Dear Charlotte sur le marché.

Au fil des années, les collections se succèdent, le romantisme est omniprésent mais les inspirations de la créatrice varient. Vanessa écrit une histoire différente à chaque nouvelle saison et conduit ses consommatrices dans un nouvel univers, une voyage en Grèce, un passage chez les Romains, un petit tour à Carnac en Bretagne…

Quand l’inspiration émane de la passion

Les sources d’inspiration sont omniprésentes pour Vanessa : une exposition au Grand Palais, des livres d’histoire, les portraits de l’impératrice Eugénie, des visites dans des châteaux ou des demeures anciennes ou tout simplement des bijoux anciens glanés ici et là . « Lorsque j’étais petite, mes parents m’emmenaient presque tous les week-end dans des châteaux ! J’ai visité toute la vallée de la Loire en long en large et en travers, et si cela ne m’a pas passionné pendant mes années d’adolescente, j’y retourne aujourd’hui avec un œil complètement différent. Je scrute tout, chaque détail qui pourrait donner naissance à un nouveau bijou ».

Des collections qui se renouvellent perpétuellement

Les bagues, les colliers, les bracelets, les manchettes et les boucles d’oreilles Dear Charlotte sont un appel à la féminité et au romantisme. Chaque année, deux collections sortent de l’atelier. Des pièces intégralement imaginées et créées avec amour et passion par Vanessa. Au total, une quarantaine de bijoux en laiton dorés à l’or fin ou plaqués or sont présentés à l’atelier-showroom. A cette collection principale, s’ajoutent les collections produites exclusivement pour Hartford et Les Petites. « Cela fait beaucoup, on a à peine sorti la collection que l’on doit déjà enchaîner sur la suivante, le rythme est impressionnant » mais Vanessa aime ce rythme effréné. Elle imagine déjà sa prochaine collection constituée de bijoux associant or jaune et or blanc sur une même pièce.

Dear Charlotte Pure White : Du bijou aux blouses en dentelle

Cinq années se sont écoulées depuis le lancement des premières collections. La marque cherche à se décliner tout en restant dans un univers inspiré du XVIIIème. Les mannequins des lookbooks présentant les bijoux Dear Charlotte posent régulièrement avec des blouses, des jupons, des tops en dentelle qui mettent en exergue les bijoux de façon admirable. Par ailleurs, Dear Charlotte a mis en place des collaborations pour ses bijoux avec des marques (Hartford, My Sunday Morning et Ema Tesse) qui confectionnent des vêtements qui se prêtent merveilleusement à son univers. Alors, avec leur soutien, Vanessa lance sa première collection de prêt-à-porter Dear Charlotte Pure White. Ces blouses et tops en dentelle blanche révèlent la finesse et la délicatesse de chaque femme.

Cette marque émergente plait beaucoup à la clientèle originelle de Dear Charlotte, même si le prêt-à-porter est quelque chose de nouveau pour la créatrice, qui doit s’adapter à certaines exigences « par moment c’est l’enfer, les histoires de tailles, notamment ». Mais si on lui pose la question d’une nouvelle déclinaison de Dear Charlotte,  elle répond instantanément qu’elle aimerait également tenter tout ce qui tourne autour des arts de la table, de la maison ou encore de la bougie.

Une fabrication 100% Made in France

Tous les bijoux Dear Charlotte sont intégralement fabriqués en France. Une fabrication de proximité permet de suivre l’évolution d’un prototype et de le faire évoluer si besoin. L’autre avantage d’une fabrication française est la validation et le choix de la dorure. Délocaliser la production en Asie ou en Inde serait un risque, puisqu’aucun moyen de contrôle ni de suivi ne serait possible.

Dear Charlotte a soigneusement sélectionné ses fournisseurs dans le centre de Paris. Elle travaille en étroite collaboration avec un artisan historique d’estampes et un soudeur situés en plein cœur du Marais. Les bijoux partent ensuite à l’atelier de dorure dans le Xème arrondissement. Quant aux poses de pierres ou d’anneaux, elles sont faites à l’atelier du showroom. Les ateliers de moulage, pour tous les bijoux réalisés selon cette technique, sont également situés à Paris. Cette éthique du Made in France confère à la marque toute son authenticité.

Une distribution digitalisée

Au lancement de Dear Charlotte en 2011, le e-shop n’existe pas. Seul un site vitrine permet de présenter la marque. La marque est à cette époque distribuée sur Caratime, le premier distributeur de bijoux sur le web. Rapidement, les boutiques physiques commencent à s’intéresser aux produits et à les distribuer également. On peut notamment trouver les bijoux Dear Charlotte chez Brandbazar ou encore My Fashion Lab. Mais six mois après le lancement, la nécessité de créer une boutique en ligne digne de ce nom s’impose. Le nouveau site est lancé l’année qui suit et représente aujourd’hui une grande partie des ventes.

A ce jour on peut également trouver la marque sur différents e-shop, les Galeries Lafayette, La Redoute, Mon Showroom pour ne citer que ceux-ci…

Si volontairement Dear Charlotte n’est pas présente dans les grands magasins où la gestion d’un corner est complexe et peu rentable, 80 distributeurs sont néanmoins répartis partout dans le monde.

Une communication maîtrisée

La promotion de Dear Charlotte passe essentiellement par des opérations spéciales que Vanessa met en place avec les magazines. Son expérience dans les médias lui a permis de multiplier les contacts. Elle participe donc aux cadeaux de Noël de Vogue, aux Grands Prix Femina, mais s’associe également à des marques de mode ou de l’univers de la beauté. Les bijoux sont alors distribués en grande quantité à la communauté marketing et communication…

C’est notamment grâce à l’une de ces opérations que Dear Charlotte a signé un contrat de distribution pour les bijoux de la marque Les Petites. La Directrice de la Communication des Petites s’est vue offrir en cadeau de Noël une manchette par un magazine et a eu un véritable coup de coeur. Aujourd’hui, Dear Charlotte se retrouve dans une trentaine de magasins Les Petites partout en France !

D’autres collaborations sont également en place avec Hartford et C de C.

Le pouvoir des réseaux sociaux

Vanessa a rapidement saisi la nécessité d’être présente sur les réseaux sociaux et particulièrement sur Instagram. « Aujourd’hui, chaque post sur Instagram nous rapporte plus que n’importe quelle parution presse. Le digital a pris une énorme place, cela nous permet déjà de faire des économies considérables. Cela nous évite de faire les salons, d’avoir un bureau de presse, et nous permet de pouvoir communiquer de notre propre façon auprès de nos clientes. Les trois quart des boutiques depuis deux ans sont recrutées de cette façon via Facebook ou Instagram ».

Un avenir prometteur

Dear Charlotte a su depuis ses débuts charmer les femmes. Ses collections de bijoux ou ses ravissantes blouses sont promis à un bel avenir et nous attendons avec impatience les fruits de son imagination pour continuer de nous séduire.

Réseaux sociaux

Collaborations

Créateur(s)

Calendrier événementiel

    A propos

    Derniers articles

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.